Livres jeunesses

L’histoire du lundi soir #7

Pour cette nouvelle histoire je vous propose, quatre jours après la St Valentin, d’aborder l’amour avec un album publié aux Éditions Albin Michel Jeunesse d’Astrid DESBORDES et illustré par Pauline MARTIN :

MON AMOUR

DSC_0001

Lire la suite « L’histoire du lundi soir #7 »

Publicités
Mes Lectures

Arabe

De Hadia DECHARRIERE aux Éditions J.-C. Lattès

arabe

Le titre et le résumé m’ont intrigué, je remercie donc NetGalley et les Editions J.-C. Lattès pour m’avoir permis de découvrir ce roman.

L’histoire :

Un matin Maya va se réveiller avec le « syndrome de la langue étrangère » en parlant et comprenant l’Arabe. Nous allons la suivre lors de  cette journée, où elle va s’interroger sur le pourquoi, ses origines en attendant le rencontre avec un médecin ami de son père pour savoir s’il y a une explication médicale.

Mon avis :

Quand Maya va se réveiller en parlant l’Arabe toutes convictions vont être mises à mal. Sa vision de la féminité, ses racines. Comment aurait été sa vie si elle était née Arabe. Pourquoi cette langue alors qu’elle n’a pas le souvenir d’y avoir été confrontée. Avec ce « don » elle va aussi ouvrir la boîte de Pandore de ses parents, le coup de cœur de sa mère pour un professeur, et la vie de son père en Syrie. Sans partir, nous voyageons à travers l’Orient, les odeurs, les sons.

En parallèle de l’histoire de Maya, une voix se fait entendre, une voix espérant qu’elle accepte cette langue qui révèlera une nouvelle version d’elle. Nous découvrons vers la fin qui est cette voix, cette personne aussi se sentait chez elle en Syrie mais avec la guerre, elle a renoncé et a oublié son arabité, jusqu’à ce matin là.

Le roman est court, une centaine de pages pour conter une journée, une journée qui va faire basculer la vie de Maya et ses certitudes. Pourra-t-elle accepter cette arabité? Tout au long de cette journée, elle va s’interroger sur ce que cela peut remettre en question. Ce syndrome existe vraiment et je trouve passionnant  d’aborder cela, d’autant avec une langue qui porte le voyage et la découverte. Pour autant je n’ai pas réussi à m’imprégner de cette histoire, je l’ai lu à distance, les interrogations de Maya sont justes mais nous passons d’une à l’autre trop rapidement avec en plus cette voix qui s’interpose, qui parfois me perdait.

Pour finir, une explication rationnelle est donnée à Maya sans que nous sachions ce qu’il adviendra et cela m’a laissé sur ma faim.

Je suis ravie d’avoir pu découvrir ce roman mais je n’ai malheureusement pas été conquise même si la plume est fluide, poétique et nous inspire au voyage.